Dans le jardin de la bête – Erik Larson

En bref : Coup de coeur pour ce docu-fiction mené de main de maître par Erik Larson. Un des exemples les plus pertinents de l’histoire qui raconte l’Histoire. Découverte de ce qui engendra la IIème Guerre Mondiale à travers les yeux de l’ambassadeur américain de l’époque en poste à Berlin et de sa famille.

 

Dans-le-jardin-de-la-bête-Erik-LarsonA propos de l’auteur :

Erix Larson a été journaliste pour le Wall Street Journal et le magazine Time. Il est l’auteur de plusieurs best-seller dont le Diable dans la ville Blanche.

L’histoire :

1933, peu avant l’arrivée d’Hitler au pouvoir, William E Dod, professeur d’université, devient par hasard et grâce à un concours de circonstance, le premier ambassadeur américain à Berlin. Arrivée à Berlin, sa fille Martha, jeune femme aux mœurs dissolues, va commencer à fréquenter de nombreux hommes parmi lesquels de hauts dignitaires nazis (comme Diels le chef de la Gestapo), mais également des espions, des industriels, des ambassadeurs étrangers (y compris des russes). L’histoire se termine avec la nuit des longs couteaux et le retour de Dod aux Etats- Unis.

L’avis du lecteur :

C’est un livre pour les amateurs de la 2ème guerre mondiale, et de l’Histoire. Grand lecteur d’essais et de romans sur cette période, j’ai rarement été aussi emballé par un texte que par celui-ci. C’est un très gros coup de cœur.

Le style docu-fiction est original. Le côté romancé allège la densité des informations transmises et permet une fluidité dans le récit que n’autoriserait pas un essai classique. Le côté document permet de garantir les informations et leurs sources. Loin d’être un roman historique, le docu-fiction est un véritable documentaire, permettant à un public plus large que les lecteurs d’essais classiques d’accéder de manière précise et sérieuse à l’Histoire.

Les documents sur lesquels se base Erik Larson sont issus de rapports militaires et diplomatiques, courriers personnels, articles de journaux, ainsi que de différentes biographies (dont celle de Martha).

On découvre un aspect inexploré de la montée du nazisme, son évolution de l’intérieur, la perception et l’état d’esprit du peuple allemand mais aussi ceux du peuple américain. Les rouages, guerres internes et soubresauts de la création et de l’organisation de ce qui allait devenir une des plus grandes machines à tuer, terroriser, et persécuter de l’histoire mondiale.

 

Le + : Le style docu fiction, à la fois roman et documentaire respectant les faits. Ce style permet une fluidité du texte supérieure à celle d’un essai et une réalité historique supérieure à celle d’un simple roman.

Les confidences de Diels, premier directeur de la GESTAPO (police secrète d’Etat) qui réalise que la police qu’il a créé pour protéger le nouveau parti national socialiste lui a complètement échapper pour se transformer en machine à tuer et persécuter tous les opposants.
Dans le jardin de la bête, Erik Larson, éditions Le cherche-midi.

 

Vous avez aimé cet article, ou ce livre, ou vous voulez rebondir sur le sujet. Laissez nous un commentaire.

Vous avez envie d’ acheter ce livre, alors venez nous rendre une visite à la librairie ou envoyez nous un email !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité